Michel Onfray : critique de la Biodynamie

Chapit 4. extrait d’un livre écrit par M.  Onfray

En tant que paysanne rebelle, je suis consciente que les courants alternatifs en agriculture sont intoxiqués et vérolés par l’anthroposophie. Cela peut parraitre sans grande importance, voire inoffencif, mais j’ai le sentiment que c’est tout le contraire en fait. Quand on voit que des idées aussi cinglées ont survécues depuis quasi 100 ans, qu’elles jouissent actuellement d’un regain, et que les institutions ratachées à ce potentiel risque de dérive sectaire (pour faire dans la diplomatie)  forment un réseau tentaculaire qui rejointt un public beaucoup plus large que ses propres membres officiels, il y a de quoi apporter des précisions.

La perversion dont fait preuve Steiner, en explicitant ses techniques pour camoufler les aspects les plus innavouables de l’anthroposophie me porte à croire que ce qu’il a créé est tout aussi obscure et toxique.

Le sens critique est quelque chose de trop précieux pour être mis de côté. Faites attention à ce courant qui joue « l’alternative parfaite ».

Comme l’anthroposophie avance voilée et en cachant son jeu, mieux vaut lire Steiner, tel que l’a fait Michel Onfray, mais comme ça donne vraiment la nausée, vous pouvez vous contenter de ce chapitre… Allez vérifier, vous trouverez pire encore…

La Vérité sur les écoles Steiner-Waldorf

Extrait du livre : Cosmos Spirituel, Ed. Flammarion.

Chapitre 4 : Théorie du fumier spirituel

J’aime le vin et si j’avais pu boire une seule fois dans ma vie un bon flacon conçu selon les principes de l’agriculture biodynamique, je ne me serais pas interdit la philosophie de Rudolf Steiner, car sa pensée aurait été validée par ses produits. Hélas, je n’ai jamais bu de vin issu de la biodynamie qui ne soit une exécrable piquette. Quand je m’en ouvrais à tel ou tel qui voulait conquérir mon esprit par mes papilles (et il y en eut plus qu’à son tour), j’avais droit à deux types de réaction.

Premier argument : mon palais était formaté par des années de scientisme qui me faisaient prendre pour bon ce qui était mauvais, il était donc normal que je prenne pour mauvais ce qui était bon. Mon jugement de goût était intoxiqué…

Voir l’article original 5 884 mots de plus

Publicités

Joyeux temps des fêtes à tous ceux et celles qui passent ici…

Voilà,  passez des bons moments, profitez de ce que vous avez. Perso, je vais lâcher un peu le net, le temps que ça passe...

Proposition de lecture sociologique…

J'ai eu la chance de comprendre la sociologie whitienne parce qu'un autre me l'a expliqué avec patience et via bien des suggestions de lectures, En relisant un texte de cette personne (Alain Degenne) j'ai remarqué qu'il y avait vraiment bien résumé l'approche Whitienne. Ceux et celles voulant saisir cette approche peuvent lire le chapitre 2 … Lire la suite Proposition de lecture sociologique…

« Cracher sur M. Matte » ou comment il est impossible de critiquer la Nouvelle Église du Capitalisme….

Je me disais que je n'écrirais pas sur l'actualité, car en gros, l'actualité, ça me passe 10 pieds par dessus la tête...  Mais des fois, l'actualité fait ressortir des problématiques plus profondes qui viennent me chercher personnellement... C'est le cas de la guéguerre impliquant Guillaume Wagner et Martin Matte. On vit dans un monde où … Lire la suite « Cracher sur M. Matte » ou comment il est impossible de critiquer la Nouvelle Église du Capitalisme….

Besoins vitaux

En écrivant l'article que j'ai posté hier, j'ai "compris" un tas de trucs... Ce qu'il faut que je creuse là, c'est le fait que quand on pense aux besoins vitaux de notre espèces on pense : alimentation - reproduction - protection Mais l'obligation de prendre soin de la progéniture, chez les espèces mettant au monde … Lire la suite Besoins vitaux

Dame de Brassempouy. Photograph : Jean-Gilles Berizzi

« Le propre de l’Homme »

Difficile de savoir si les autres animaux ont des jugements de valeurs ou une certaine forme de "morale". Difficile  aussi de ne pas tomber dans l'anthropomorphisme en se posant ce genre de question, mais il faut le tenter si on veut remettre en question la croyance qui fait en sorte qu'on se pense mieux que … Lire la suite « Le propre de l’Homme »

Libertaires -Libéralistes : La forme et le fond.

Si j'avais pu faire ce que je voulais au doctorat, j'aurais aimé étudier les "lunettes" avec lesquelles on se regarde et regarde le monde; les paradigmes de nous-mêmes et de notre place dans l'univers, comment, à travers le temps et les lieux notre espèce s'est décrite et conceptualisée, pour en comprendre leurs émergences, leurs divergences, … Lire la suite Libertaires -Libéralistes : La forme et le fond.

Liberté et conformité

Je ne me souviens plus où j'ai lu ça, mais me ça vient d'Alain Degenne... La liberté = possibilité d'agir autrement que ce qui est attendu dans une situation donnée; sinon il s'agit de conformité. ****** Précision: la teinte idéologique des mots : Liberté a une teinte plaisante, positive, un idéal à poursuivre Conformité  a … Lire la suite Liberté et conformité

Montrez moi ces seins

J’ai vraiment aimé ! Belle analogie !

Emma

Sur un texte d’Ariane Papillon 🙂seins0smallseins1smallseins3smallseins4smallseins5smallseins6smallseins7smallseins8smallseins9smallseins10smallseins11smallseins12smallseins13smallseins14smallseins15smallseins16smallseins17smallseins18smallseins19smallseins20smallseins21smallseins22smallseins22bsmallseins23smallseins24smallseins25smallseins26smallseins27smallseins28smallseins29smallseins31smallseins32small

Voir l’article original

Les ensachés individuellement

(Aujourd'hui, c'est pas que j'ai la flemme, mais je copie-colle un article que j'ai écris l'an passé via Facebook) Si je comprend bien la vision de certains, dans ce monde il ne faudrait aucun filet social de sécurité : pas de salaire minimum puisque ça brime le libre marché, pas d'aide sociale parce qu'on n'a … Lire la suite Les ensachés individuellement