L’alternative du désespoir …

Un constat frappe plusieurs d’entre nous : il faut des alternatives à l’idéologie dominante qu’est le néolibéralisme. Cette nécessité peut sembler si importante qu’elle en vient à réduire la capacité de réflexion et de sens critique chez certaines personnes.

Entre les théories du complots, le new age et les réactionnaires, difficile de retrouver un peu de bon sens dans les courants alternatifs, malheureusement.  Pourtant, ce n’est pas parce que par exemple, on ne fait pas confiance à l’État pour se soucier exclusivement de notre santé quand on sait comment certains lobbys ont le bras long, qu’on peut laisser son sens critique de côté en choisissant la « médecine alternative ».

Très souvent le milieu alternatif baigne dans les croyances new ages. Pourtant le new age s’accorde à merveille avec le néolibéralisme ; il a tendance à renvoyer toute la responsabilité de « son sort » à sa propre individualité, à apolitiser (tous les « new ageux » que je connais s’excluent du politique et ne formulent jamais d’opinion politique) et à nier le « sociologique » (puisque rien n’est social, tout est une question de « changer sa perception »).  C’est toujours « payant », c’est un « service marchand » (voyance, alignement de chakra, et co) et il faut acheter du matériel, que ce soit des « roches magiques » ou encore du matériel pour un rituel magico-religieux…   Ça ne libère pas les individus, ça les enferment dans des croyances « alternatives »….

Y’a quoi de révolutionnaire, d’alternatif, de résoluement différent à choisir de s’abandonner à des croyances new ages, et à des « alternatives » comme l’homéopathie, la biodynamie, à des théories du complots complètement grotesques ?

J’commence à me demander si en fait c’est pas tout le mouvement alternatif qui est réactionnaire !   L’alternative que je veux, elle s’appuie quand même sur l’idée de ce qu’est la Science (avec un grand S) : un domaine où on questionne tout ce qu’on veut, tant qu’on le fait avec méthode, et qu’on permet aux autres de vérifier ce qu’on a testé, comment on l’a testé, et de refaire l’expérience.  La réfutabilité me semble un critère essentielle dans toute démarche intellectuelle, qu’elle permette l’expérience scientifique ou non.  Ça évite d’ailleurs de tomber dans le dogme.

Est-ce que le milieu alternatif est voué à être un bassin de gens potentiellement à risque d’être exposés à des croyances magico-religieuses, de la pseudo-science et des poudres de perlimpinpin ? Ou est-ce possible de bâtir des alternatives dépourvues de toutes ces conneries qui réduisent le sens critiques ? Je vous le demande sincèrement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s